Stan Ketor, nous parle aujourd’hui du planning familial (PF)

Qu’est-ce que le planning familial ?

C’est l’ensemble des moyens mis à la disposition des individus et des couples pour leur permettre d’assurer une sexualité responsable, de façon à éviter les grossesses non désirées, d’espacer les naissances et de déterminer la taille souhaitée de leur famille.

Les composantes de la PF

Les activités de la PF sont basées sur :

  • L’ information, l’éducation et   la communication (IEC)
  • La contraception
  • La lutte contre l’infécondité / infertilité
  • Lutte contre les IST/VIH/SIDA

Les avantages d’une planification familiale

La PF contribue à la résolution des problèmes liés au développement.

  • Les avantage sanitaires (prévenir les complications dues à la grossesse et l’accouchement, prévenir les grossesses à risques, améliorer l’état nutritionnel de l’enfant)
  • Les avantages socio-économiques (meilleur préparation à la vie familiale, accès à l’éducation de tous les enfants, libération de la femme pour ses activités génératrices de revenus…)

Les méthodes disponibles

  • Méthodes naturelles : (méthode de la température basale du corps, de la glaire cervicale, allaitement maternel…)
  • Méthode barrière : (préservatifs)
  • Méthode hormonales : (les contraceptifs oraux, contraceptifs injectables, les implants)
  • La DIU (dispositif intra-utérine)
  • La vasectomie et la ligature des trompes

Au sein de l’Association ISCOME nous militons pour une vulgarisation de la planification familiale car nous sommes persuadés que c’est l’un des moyens de réduction de la pauvreté et des inégalités sur le continent.

Le taux de fécondité généralement élevé coïncide malheureusement avec l’indice de pauvreté le plus élevé.

Selon le site https://www.planetoscope.com/natalite/20-nombre-de-naissances-en-afrique.html#:~:text=Le%20taux%20de%20natalit%C3%A9%20africain,en%20Afrique%20subsaharienne%20et%20centrale.

L’Afrique est le continent qui connaît le plus fort taux de natalité avec le Niger qui sort du lot avec un taux de fécondité de 7,6 enfants par femme (8,2 dans la région de Zinder) en 2017. Dans certains pays le taux de fécondité baisse sous l’effet d’une politique globale de développement et de planning familial comme par exemple au Rwanda où le taux de fécondité est passé de 8,2 enfants par femme à 4 en 2015.


Nous pensons sérieusement que si nous ne réduisons pas le rythme des naissances sur le continent, l’Afrique connaitra un choc important au cours des    prochaines décennies.   Ceci parce qu’elle sera en face d’une population extrêmement jeune et nombreuse à qui elle aura de la peine à trouver de l’emploi qui est aujourd’hui l’un des éléments essentiels pour lutter contre la pauvreté.

 Au sein de l’association ISCOME la promotion des méthodes de planning familial se fait au quotidien.

Tout commence lors des consultations médicales ou des causeries de rue. C’est à ce niveau que nous analysons le niveau de connaissance de la population sur le planning familial. Ensuite nous donnons rendez-vous individuellement pour approfondir les discussions. Au cours de ces discussions nous leur mettons en confiance en leur présentant les avantages du planning familial surtout pour les femmes qui autrement deviennent maître de leur vie. Espacé des naissances c’est disposé de plus de temps pour mener des activités génératrices de revenu et qui parle d’activités génératrice de revenu par de lutte contre la pauvreté.  

Parallèlement à cette stratégie, au niveau d’Iscome nous envisageons organiser des sensibilisations communautaires pour présenter au plus grand nombre les avantages du planning familial.  

KETOR Koffi Mawulawoe Stan,
Infirmier Diplômé d’Etat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 7 =